• Les propos mensongers de la municipalité au sujet des finances communales : le constat sans appel des résultats financiers 2014…

    Rappelez-vous : en octobre 2014, l’adjointe aux finances expliquait en réunion « d’audit financier » : «Les dépenses augmentent beaucoup plus vite que les recettes, la situation financière de Lentilly est mauvaise et s’aggrave tous les jours».
    Les résultats financiers 2014, incontestables, ont été rendus public lors du conseil municipal du 30 mars :
    Total des dépenses 2014 : 7 462 256 euros (+ 5% par rapport à 2013),
    Total des recettes 2014 : 8 186 530 euros (+11% par rapport à 2013),
    Une trésorerie au 30 mars de 866 904 euros.
    Lors de la présentation du compte administratif 2013, « repoussée » jusque-là la dernière limite légale en juin 2014, nous avions fait le même constat. : des finances saines, et une capacité d’investissement qui faisait l’envie de nombreuses communes.
    Alors pourquoi un tel mensonge ?
    Pour « couvrir » l’absence de prévisions ? Les recettes auraient pu être encore meilleures en 2014 avec la vente pourtant programmée des logements Place de l’Eglise, qui comme par hasard n’ont été réalisées qu’au 1er trimestre 2015.
    Pour justifier la baisse impopulaire et choisie de certaines dépenses comme celles des subventions aux associations pour 2015?
    Pour détourner l’attention de l’absence totale de projets, de l’augmentation des indemnités des élus, et des dépenses de réception (6311 euros dépensés en 2014, soit + 64%) ?
    Les Lentillois et les associations découvrent aujourd’hui ce que signifient les promesses de campagne puis les écrans de fumée du début de mandat de la municipalité…
    Un programme sans projet, basé sur la culture de la peur, du complot et des mensonges. Un budget géré sans vision prospective, et même en dépit des règles élémentaires de comptabilité publique. Des « bénéfices » qui dorment sur les comptes (ce qui est interdit en comptabilité publique) réalisés sur le dos des Lentillois, dont on confisque ainsi une partie des impôts !

    Partager cet article