• 1 500 euros dépensés pour une « autorisation de découvert » inutile.

    Début juin 2014*, la municipalité « crie » à la faillite de la commune pour justifier la mise en place en urgence d’un « crédit de trésorerie » (l’équivalent d’une autorisation de découvert) de 450 000 euros.

    Six mois plus tard, ce crédit n’a pas servi : les travaux engagés sous l’ancien mandat ont été réglés en totalité et la commune a une situation de trésorerie confortable de 1 066 009 euros.

    Bilan de l’opération : 900 euros gaspillés en frais de gestion.

    Qu’à cela ne tienne, en décembre 2014, l’adjointe aux finances renouvelle l’opération pour les 6 prochains mois, dans le cas inimaginable où l’état ne reverserait pas aux communes, les impôts qu’il a collectés !

    A quoi sert donc le suivi des prévisions des encaissements / décaissements que l’on nous a tant vanté lors de la réunion publique du 10 octobre, si les hypothèses sont toujours aussi peu crédibles ?

    Encore 600 euros dépensés inutilement en frais de gestion.

    * : voir le dossier « finances » et l’article «emprunt de 450 000€ sans raison »  publiés sur le blog en juin

    Partager cet article