• Une équipe de démolisseurs est à la tête de Lentilly

    Il serait légitime d’attendre de nos élus qu’ils construisent l’avenir de la commune dans le respect des individus, de la vie associative et des apports notables de ceux qui les ont précédés.

    Or que se passe-t-il? On assiste à un méthodique travail de sape du travail précédemment réalisé.

    Le directeur des services techniques (dont les communes environnantes nous enviaient l’efficacité) et la directrice de la médiathèque (qui avait pourtant su bâtir en quelques mois un service de grande qualité remarqué au niveau du département) se sont vite rendu compte qu’il ne leur serait désormais plus possible d’exprimer leurs compétences avec la nouvelle équipe en place. Ils ont préféré postuler dans d’autres collectivités.

    Certains personnels municipaux ont été marginalisés, mis au placard, voire mis à disposition avec les frais de pénalité que cela occasionne pour la commune. Leur erreur, leur faute? Avoir été des fonctionnaires qui faisaient preuve de conscience et de compétence sous le mandat précédent.

    Résultat, en mairie, l’ambiance est déplorable. Il est interdit au personnel de parler aux anciens élus. Le dialogue est devenu très difficile avec les associations auxquelles on s’ingénie à compliquer la vie. Quant aux associations de parents d’élèves, elles ne peuvent que constater le sabotage organisé des services d’accueil périscolaires.

    Les avancées qui avaient vu le jour ces six dernières années en termes de vie démocratique sont mises à mal : en conseil municipal, le public se voit désormais interdit de poser les questions qu’il juge importantes. L’espace d’expression de la liste minoritaire dans le journal d’information municipal à été réduit de 40%.

    La promotion de valeurs écologiques au travers d’actions environnementales a cessé net. Que penser de cette opération de parrainage d’arbres d’essences non indigènes estampillés du nom de leurs donateurs? On est bien loin des plantations de haies, des créations de chemins, des jardins partagés.

    … et ce développement de scénarios financiers catastrophistes, cette culture de la peur, cette vision d’avenir rabougrie…. Autant d’aveux d’incompétence.

    Partager cet article