• « Audit » financier : impartialité ?

    C’est pratique courante de réaliser un audit financier en début de mandat.
    Mais à la réunion publique du 10 octobre, aucune information précise n’a été donnée sur la procédure de sélection du cabinet Aequifi, créé seulement fin 2013 et ne présentant sur son site aucune référence en matière d’audit de collectivité locale. D’autres cabinets ont ils été consultés conformément au code des marchés publics ? Sur quels critères la municipalité a t-elle décidé de choisir ce cabinet ? Combien l’audit a t’il coûté à la commune ?

    L’auditeur s’est targué d’une impartialité, condition sine qua none de sa prestation.
    Mais si les chiffres présentés sont bien exacts, l’accent a surtout été mis sur les augmentations de dépenses en %, cumulées sur toute la durée du mandat (c’est plus impressionnant) en évitant soigneusement de comparer avec les autres communes de la même strate, ce qui aurait permis de relativiser sur un certain nombre de points.

    La conclusion de l’auditeur est que les investissements des nouveaux équipements et services installés par l’ancienne équipe, dans le contexte actuel national de baisse des dotations de l’état, risquent à terme (pas avant 2016 quand même) de déséquilibrer le budget de la commune. Quel scoop ! Toutes les municipalités qui investissent un tant soit peu pour le bien être et les services offerts à leurs concitoyens doivent désormais résoudre cette quadrature. Seulement à Lentilly, le niveau des finances a permis réaliser ces projets sans augmenter les impôts, et la vente à venir des actifs immobiliers permet de voir venir sans catastrophisme.

    Partager cet article